Môme du monde, te souviens tu?

Au minimum, me diras-tu où tu allais?

Me diras-tu ce monde sans allées et où les pommes ne tombent plus?

Où seuls des feuillages cacheraient les fautes et les roses.

Tu es entrée dans ta robe à l’aube inlassablement.

Frêle sur ton ballet de cymbales, tu t’y emballes au gré des

sortilèges.

No regret, tu t’allèges.

 

 

Gosse du monde,

Houhouhou,

Tu ré-hausses tes épaules,

Houhouhou,

Et tu te gausses.

Houhouhou,

 

Sous les dômes de tes légendaires domaines...

Aimante pluie

Feignante du bonheur,

Folle fée de breloques,

Tu fais le feu de tes bois d’éloges

Même vides et sans auges.

Originel

 

Au réveil, je prends l'élan pour franchir le seuil. Il me revient alors la raison. Je sais où je suis et depuis quand. Demain, je saurai aussi : je suis de passage. 

Contemporaine de l'oeuvre de tous ceux qui ont été et serons, de ceux qui sont. Nous sommes seuls dans la forme quotidienne et universelle de la durée. 

L'algèbre prouve que le soleil brillera encore pendant un temps donné. J'ignore le reste, en effet. La chimie qui me gouverne n'est pas le seul fait de mon passage. Il y a autre chose : "Je suis là, moi ou un autre, j'aurai pu  ne pas être...j'apparais à tel instant. Sans raison ou non. 

Unité de mesure : une vie, un souffle.  Je m'arrête à cette sensation ineffable du vide et du plein.           

                 

Le moment est venu de m’arrêter. En pleine élan je me m’interromps au coeur de la solitude. Quelques images forment en moi une voûte où le son de ma voix porte un silence infini. Sur le chemin du retour je pousse mon cailloux puis un autre plus proche de mes désirs. Les forces s’annulent sous le poids de la pierre. Recommencer la migration de l’âme à perte de vue. La rencontrée du territoire intérieur. 

Combien d’années me faudra-t’il encore? J’écris ces mots au petit matin. Le pas d’une biche sur la rosée m’apaise.

 

Suite à la lecture de vos écrits par les membres du jury, nous avons le plaisir de vous annoncer que votre proposition a été retenue pour une lecture par Laura Lutard, à la suite du spectacle Mademoiselle Palmer : épopée ordinaire. Votre texte Originel sera lu le 11 juillet 2019 .

 

La vidéo de la lecture sera diffusée dans l'événement  : https://www.facebook.com/events/346656082691620/